Accueil >culture>Musée des écritures >Découverte Musée
Découverte musée
   

Introduction : Par Marie Hélène Pottier, Ancienne conservatrice du Musée
Jean-François Champollion
Parcours découverte
Parcours salle par salle
Présentation bâtiment

 

 

Actualités
Patrimoine
Musées Figeacois
Musée Champollion - Les Ecritures du Monde
Introduction
Informations pratiques
Actualités
Conférences, événements, rencontres
Contacts
Découverte du Musée
Introduction
Jean-François Champollion
Parcours découverte
Parcours salle par salle
Présentation bâtiment
Activités pédagogiques
Recherche, documentation
Boutique

Services culturels Figeac-Communauté

Cinéma
Bibliothèques
Ecole de musiques
Espace jeunes
Les Festivals
Artisanat D'Art


Éditorial de Marie-Hélène Pottier : Ancienne conservatrice du Musée

L’ouverture du Musée Champollion - Les Écritures du Monde - trouve son origine dans le travail de recherche mené par Jean-François Champollion qui n’aura de cesse, par une mise en relation de nombreuses écritures, de rassembler les fragments de l’histoire des cultures antiques.
Dans un même esprit que celui qui anima Champollion, j’ai souhaité faire de sa maison natale le lieu symbolique d’un “face-à-face” des cultures du monde ; un lieu à l’intérieur duquel peut s’exprimer la merveilleuse diversité des cultures, en ce qui les distingue, en ce qui les rapproche. Pour ce faire, un ensemble cohérent d’oeuvres et de documents écrits, de toute nature, a été rassemblé pour souligner les liens qui unissent les sociétés du monde entier : mêmes aspirations, mêmes peurs, mêmes relations avec les puissances supérieures, mêmes tentatives pour connaître le monde qui les entoure. Le Musée sera un lieu de rencontres, le terreau d’une prise de conscience : la différence culturelle est une richesse qui se cultive et qui doit créer du lien.
Si le propos du Musée sur les écritures du monde nous emmène sur les cinq continents, il n’a pas pour autant vocation encyclopédique. Fondé sur les avancées de la recherche et son actualité, je me réjouirais si le musée devait susciter en premier lieu un sentiment mêlé de curiosité et de plaisir. Le Musée propose, en parallèle avec les oeuvres, des déchiffrements de mots, des jeux de traduction, des tracés de caractères d’écriture, des touchers de matières ; il propose des rencontres avec les hommes qui ont fait d’écrire leur profession. Plus simplement dit, le Musée Champollion invite les visiteurs à un voyage riche en découvertes et en expériences pour entrer de plain pied dans l’extraordinaire aventure de l’écriture.
L’enrichissement des collections du Musée Champollion et le programme scientifique ont bénéficié des compétences des experts les plus éminents : philologues, linguistes, archéologues, historiens, calligraphes ; de nombreux donateurs ont aussi participé au développement des collections. Je les remercie tous ici vivement d’avoir été à mes côtés durant toutes ces années et d’avoir soutenu cet ambitieux projet.

Marie-Hélène Pottier, archéologue de formation et spécialiste du Moyen-Orient ancien, a participé à de nombreuses campagnes de fouilles qui l’ont menée en Afghanistan, au Yémen, aux Émirats Arabes Unis. Elle fut directrice du Musée Champollion lors de son ouverture de 1991 à 2012 et responsable du projet scientifique du Musée des Écritures du Monde.

Haut de page



Champollion, le déchiffreur des hiéroglyphes

   

Jean-François Champollion

Jean-François Champollion est né à Figeac le 23 décembre 1790. Son père, Jacques Champollion, s'y installe vers 1770. Il acquiert la maison familiale dans la rue de la Boudousquerie, aujourd'hui rue des Frères Champollion, et ouvre une librairie place de la Halle.

   

L'histoire dit que le jeune Jean-François apprit à lire seul dans le missel de sa mère, assis près de la cheminée. En 1801, il quitte Figeac pour rejoindre son frère à Grenoble qui l'inscrit au lycée où il manifeste déjà une grande curiosité pour l'histoire de l'Antiquité.

Le chercheur mène de front ses travaux d'histoire, de linguistique et de philologie, en s'appuyant sur l'étude de nombreuses langues et écritures du Moyen-Orient et d'Asie : arabe, hébreu, copte, araméen, sanskrit, persan, éthiopien, chinois, syriaque… Il y rencontre l'un des savants de l'expédition d'Égypte de Bonaparte, Joseph Fourier.

A 17 ans, il a décidé qu'il déchiffrerait les hiéroglyphes. Il étudie attentivement la pierre de Rosette, ainsi que des centaines de textes, avant de pouvoir s'écrier le 14 septembre 1822, " je tiens l'affaire ! ". Il vient de percer le secret des hiéroglyphes, en comprenant qu'il s'agit d'un système complexe, constitué de signes déterminatifs, idéographiques et phonétiques.

Son expédition en Égypte en 1828-29, lui permet de confirmer sa découverte et d'identifier les temples et les monuments funéraires de la vallée du Nil.

Champollion revient parfois à Figeac séjourner dans la maison familiale, notamment en 1815, lorsqu'il est contraint à l'exil en raison du retour du roi Louis XVIII sur le trône de France. Il y reste alors un an et demi. En 1831, il passe plusieurs mois à Figeac pour se reposer et travailler à sa Grammaire égyptienne avant de reprendre les cours qu'il dispense au Collège de France.

Nommé conservateur au Musée du Louvre, élu membre de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Champollion n'a pas le temps de poursuivre sa tâche. La mort l'emporte à 41 ans, le 3 mars 1832, laissant à son frère Jacques-Joseph le soin de publier ses notes de travail et tous les documents qu'il avait rassemblés pendant les dernières années.

Haut de page

 

Le parcours découverte

   

Tout au long de la visite du musée, plus d'une dizaine d'installations permettent d'avoir une approche sensible des collections : vidéos, jeux multimédia, prises d'empreinte, livres à feuilleter sur écran, points sonores, etc.

Ce parcours est destiné aux personnes de tous âges. Il est conçu pour plusieurs niveaux de lecture, selon la curiosité et les références culturelles des visiteurs. Tous les points sont prévus pour être faciles à appréhender, de courte durée, de nature informative et ludique.

Les installations et les écrans sont accessibles aux handicapés moteurs.

Parcours "Salle par salle" en savoir







Présentation du bâtiment

 







Les partenaires financiers :
L'Union européenne Le Ministère de la Culture et de la Communication La Région Midi-Pyrénées Le Conseil Général du Lot La Ville de Figeac Label des musées de France

 

Acteurs du projet :


Céline Ramio,
Directrice des Musées de la ville
Marie Hélène Pottier Marie-Hélène Pottier,
Ancienne conservatrice du musée en poste lors de son ouverture

 


Alain Moatti Alain Moatti,
architecte de l'Agence Moatti & Rivière
11 cité de l'Ameublement
75011 Paris
01 45 65 44 04
agence@moatti-riviere.com
www.moatti-riviere.com
Pascal Payeur Pascal Payeur, scénographe Atelier bis
10 bis rue Bisson
75020 Paris
01 48 07 14 37

pascal.payeur@club-internet.fr
Pierre di Sciullo Pierre di Sciullo, graphiste typographe
12 avenue du Château
77220 Gretz-Armainvilliers
01 64 42 03 93

ici@quiresiste.com
www.quiresiste.com


Haut de page

 

Une architecture entre
patrimoine et modernité
" Signifier l'écriture et le déchiffrement dans la ville, participer à l'espace public, assurer une promenade muséographique fluide et accompagner la mémoire des lieux… "
L'agence Moatti & Rivière a privilégié les relations visuelles entre l'espace public et l'ensemble des bâtiments qui constituent le musée, réparti sur deux îlots au cœur du centre ancien. Quatre niveaux de 250 m² chacun sont desservis par un escalier central. Des loggias accessibles au public et solelhos s'ouvrent sur les places et créent des points de vue sur la ville et les collines environnantes.

© photo Agence Moatti & Rivière
Plan masse du musée et ses annexes
 

 




Musée Champollion la façade aux mille lettres
Musée Champollion la façade aux mille lettres, P. di Sciullo, 2007, photo N. Blaya-CG46, architecte Moatti & Rivière.jpg

La façade : un " moucharabieh typographique polyglotte ", projet architectural et artistique
La façade intrigue et appelle à la réflexion par un jeu de double peau qui masque et révèle en même temps une multitude de signes découpés dans la matière et magnifiés par la lumière.
" Figeac, l'éternelle " se décrypte sur la première façade en pierre, existante. Elle assure la continuité urbaine avec les maisons de la ville. Ponctuée de 8 baies au dessin rigoureux, elle laisse apparaître la seconde façade, en retrait d'environ 1 m. Au dernier niveau, elle est surmontée de poteaux et poutres en acier rouillé soutenant le toit du solelho, petite terrasse autrefois destinée au séchage des fruits, des légumes ou des peaux, dans la tradition architecturale et artisanale de la ville.

Constituée d'une feuille de cuivre insérée entre deux plaques de verre, la seconde paroi est percée de 1000 caractères d'écritures, dessinés par Pierre di Sciullo. À l'arrière-plan de la façade historique, cette façade en verre et cuivre résonne d'une multitude de signes. Un monde d'écritures est à explorer dans le bâtiment. Dans chaque fenêtre apparaît un système différent. Pour le passant, ceci est le musée de l'écriture. Pour le visiteur, la ville est aperçue à travers les lettres de ce moucharabieh, hymne à la " typographie polyglotte ". Cette immense plaque de cuivre et de verre réfléchit le dos de la façade historique et la ville de Figeac et filtrera la lumière à l'intérieur du musée. À certaines heures du jour, à l'intérieur du musée, le soleil imprime sur la résine du sol les lettres à revers. Cet entre-deux qui n'appartient ni au musée, ni à l'espace public.

Aménagement intérieur :
Le projet d'aménagement intérieur accompagne la mémoire du lieu, tout en adoptant un parti résolument contemporain. Il redonne lisibilité et cohérence aux bâtiments existants. Les solives et pièces de bois, les éléments architecturaux structurants, refends, vestiges d'intérêt archéologique sont redécouverts, explorés, débarrassés de leur gangue de plâtre, restaurés et mis en valeur.
Chaque salle possède une unité thématique, une peinture monochrome, noire, rouge, orange, bleue, qui relie le sol, le plafond et les signes peints sur les cimaises de verre.
Les niveaux et secteurs thématiques sont ainsi différenciés par des ambiances colorées franches et contrastées. Ceci renforce l'impression d'écrin pour les objets. Elle les met en exergue et plonge le visiteur dans un univers intime et varié.
Le verre est le matériau exclusif, matière durable inaltérable, dont on veut exploiter toutes les qualités : le reflet, pour ouvrir les espaces étroits, la transparence pour révéler les vieux murs et l'opacité du dépoli pour isoler les signes et assurer leur lisibilité.

Haut de page

   

Contact presse :
Musée Champollion - Les Écritures du Monde
Place Champollion
46100 Figeac

05 65 50 34 87 / musee@ville-figeac.fr

Haut de page

   

Logo ville de Figeac
Site officiel de la Ville de Figeac - BP 205 - Rue de Colomb - 46100 FIGEAC
Tél. 05 65 50 05 40 - Fax : 05 65 50 02 33
- Mairie ouverte du lundi au vendredi de 8h30 à 17h30
Samedi 8h30 à 12h00 - (Permanence État Civil uniquement)